mardi 16 mars 2010

Un mystère de plus

Qui se cache derrière le pseudonyme de Perry Blackton, l'auteur de La croix des vaches, paru dans la collection "Noire et rose" des éditions Lutèce en 1954 ?
Selon le site Histoire du polar.com, il s'agit de notre auteur, tandis que d'après le forum À propos de littérature populaire, il s'agirait d'André Héléna (dont le pseudonyme le plus courant fut Noël Vexin — et non l'inverse, merci robo !). Tous les deux ont effet publié un bouquin portant ce titre :
La première édition du Héléna semble avoir paru en 1952 chez E. Vinay Editeur (Lyon), dans la collection "Les Compagnons du Destin" (un exemplaire est en vente ici).
H.-Y. Mermet précise dans sa bibliographie que l'ouvrage signé Bastiani (Gerfaut, 1958) — sous-titré Filles à Anvers et dont on peut lire un bref compte rendu ici — a par la suite été réédité sous le titre Satan a besoin des femmes (Eurédif, coll. Atmosphère n°1, 1968).
Petite erreur de sa part, puisque les quatre premiers titres de cette collection Atmosphère furent en réalité publiés par Les Presses Noires. Pour couronner le tout, les deux titres suivants sont dus à la plume de Noël Vexin ! Bon, j'ai ce Satan… quelque part, je vais vérifier s'il y est fait mention d'éditions précédentes.

7 commentaires:

  1. intéressant tout cela...
    par contre, c'est Noël, le pseudonyme d'André (et non pas l'inverse - ou alors j'ai mal lu ta phrase)
    sinon, la croix des vaches de Héléna est bien paru en 52 dans la série des Compagnons du Destin.
    et Perry Blackton, ça sonne assez comme un pseudo d'Helena période années 50, genre Budy Wesson. Ange semblait préférer les pseudonymes moins marqués "USA"...
    mais tout ça, ce ne sont que des suppositions, faudrait plutôt mettre la main sur ce Noir et Rose pour se faire une idée précise de l'animal.

    quant à Euredif et Presses Noires, collection Atmosphere, c'est kif-kif. entre 68 et 71, l'éditeur lui même ne faisait pas trop de différence. les couvertures pouvaient indiquer "Presses Noires" et la page 5 "Euredif", etc. tout ça, d'ailleurs, ça doit être la faute à Pierre Genève ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Au temps pour moi, à propos de Vexin et Héléna : c'est Bisceglia qui m'a fait m'emmêler les pinceaux (selon lui, le vrai patronyme est Vexin, ou alors c'est le maquettiste qui s'est trompé de nom en graissant). Je vais rectifier.

    Entièrement d'accord sur l'hypothèse Héléna à cause du pseudo amerloque qui rappelle fichtrement Perry Mason, le personnage de ES Gardner, dont les traductions françaises en Série Blême étaient parues un an auparavant, en 1951 (mais il était traduit depuis les années 30 dans les collections "Aigle Noir", "Scarabée", "Un mystère", etc.) Voici la liste de pseudos d'André Héléna que fournit Ouiquipédia :
    Noël Vexin, Andy Ellen, Andy Helen, Buddy Wesson, Maureen Sullivan, Kathy Woodfield, Herbert Smally, Jean Zerbibe, Sznolock Lazslo, Robert Tachet, Clark Corrados, Peter Colombo, Alex Cadourcy, Trehall, Joseph Benoist, Lemmy West, C. Cailleaux.
    Beaucoup de consonances amerloques, en effet.
    Donc Héléna aurait publié le bouquin sous son nom en 1952, puis réédité sous pseudo en 1954…
    Bastiani en avait certainement connaissance, alors pourquoi a-t-il employé le même titre en 1958 ?
    Quant au Satan… (retrouvé mais pas encore lu), je vais y consacrer mon prochain billet.

    RépondreSupprimer
  3. sinon, il y a aussi la possibilité que ce Perry Blacktruc ne soit ni Helena ni Bastiani mais juste un pauvre scribouillard anonyme des éditions de Lutece - ce qui nous ferait trois auteurs et trois textes différents pour un seul titre, chose finalement assez courante en litt' pop'...

    RépondreSupprimer
  4. Gaspe ! Quelqu'un a de l'aspirine ?
    En plus, personne ne semble l'avoir, ce fichu n°11 : rien que des infos de seconde main…

    RépondreSupprimer
  5. Le comble c'est que les 12 premiers titres de la collection Police des mêmes Presses Noires sont tous dus à Bastiani (sous pseudo Ange Gabrielli ou Hugo Prince) ou à Héléna (sous pseudo Vexin) !
    Je viens de vérifier dans le catalogue de la BNF : le Héléna de 1952 (réédité chez Fanval en 1989) et le Bastiani de 1958 y sont référencés, pas le Blackton de 1954. Aucune trace non plus de ce Blackton chez Gougueule boukss.
    Je comptais publier un petit billet sur Satan… (qui semble de très bonne facture, soit dit en passant), mais impossible pour l'instant de retrouver le câble permettant de relier mon appareil photo à ma bécane !

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir à tous, dix lignes pour vous dire que Perry Blackton n'est ni Victor/Ange, ni Héléna mais bel et bien un troisième gus comme vous l'aviez envisagé cher George; sur le forum "A propos de littérature populaire" voir le taupique "Marcel Toulzet" où l'incontournable et incollable Herbulot règle cette question que moi aussi à une époque, je me suis posé. Je tiens également à signaler que Hugo Prince n'est en aucun cas un pseudo de Victor/ Ange.

    RépondreSupprimer
  7. Bienvenue, bête mahousse, et merci d'avoir répondu à notre invitation !
    J'avais été voir cette page consacrée à Marcel Toulzet (c'est celle que je donne en lien dans le corps du billet), mais je n'y lis pas que Herbulot règle la question, puisque c'est du n°21 de la collection qu'il parle, non de notre n°11.
    Enfin, peut-être y a-t-il des informations sur la photo du premier commentaire de ce taupique, mais elle ne s'affiche pas sur mon écran…
    Et, rendons-lui cet honneur, c'est Robo32 qui envisageait un troisième gus, pas moi…
    Quant à Hugo Prince, je ne saurais rien en dire, n'en ayant aucun? Il est vrai que Bisceglia ne le mentionne pas, mais pourquoi en ce cas Mermet le désigne-t-il comme pseudo de notre auteur ?

    Sinon, j'ignore si vous êtes familier de Blogueur, mais vous avez tout loisir de publier directement des billets ici en cliquant sur "Nouveau message" (tout en haut à droite).

    RépondreSupprimer