mardi 23 novembre 2010

Documents pénitentiaires issus du registre d'écrou

Toujours transmis par l'indispensable "bête mahousse", voici deux documents de l'administration pénitentiaire relatifs à la demande de libération conditionnelle formulée par Victor, qui nous renseignent sur la durée de la peine qu'il a effectuée, et surtout sur ses motifs.

D'abord, une Notice individuelle (les pages 1 et 2 sont identiques, mais je ne parviens pas à supprimer ce doublon) :



Et ensuite, un Bulletin de statistique morale :



Où une certitude prend corps : Victor à été condamné en 1948 à trois ans de prison, DEUX ANS pour « escroquerie par faux policiers » et UN AN pour « actes de nature à nuire à la Défense Nationale » — ce qui doit se référer à son activité durant l'Occupation.
En comparant les motifs des deux condamnations et la durée respective des peines infligées, il apparaît évident que les accusations colportées par Éric Losfeld puis Pierre Drachline et plus tard par Alfred Eibel relèvent de la diffamation pure et simple.

Victor a été écroué le 16 juin 1947 et libéré le 2 mars 1950.

7 commentaires:

  1. Georges Moustaki, dans son autobiographie "Les Filles De La Mémoire" (Calmann-Lévy, 1989), consacre un demi chapitre (p 48 - 49) à Ange Bastiani, qu'il a bien connu à Paris au début des années 50.
    Il le présente comme un type très drôle, d''une énergie débordante, flambeur, dragueur, roublard, et parle des débuts littéraires difficiles de Maurice Raphaël avant qu'il ne devienne Ange Bastiani.
    Pas un mot par contre sur son supposé passé collaborationniste.
    Il semble aussi qu'ils aient écrit une chanson ensemble : « La complainte de Chéri-Bibi » (interprétée par Catherine Sauvage).

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces précisions, Klaus. Je vais essayer de trouver la chanson.
    Il me semble assez normal que Victor ne se soit pas étendu auprès de ses nouveaux amis sur son passé de collabo…

    Si vous avez l'opportunité de scanner ces deux pages de l'autobiographie de Moustaki, pourriez-vous avoir l'obligeance de me les expédier en pièce jointe à cette adresse ? Je me ferais un plaisir de les reproduire ici-même.

    RépondreSupprimer
  3. "La complainte de Cheri Bibi (Paroles Maurice Raphaël / Musique G. Moustaki), Catherine Sauvage (Chanson chantée à la radio [en 1954], non enregistrée)", nous dit-on ici.

    Il n'y a aucune trace des paroles non plus, du moins selon une rapide recherche, mais il est tout de même question d'une "partition imprimée [en] 1974", mentionnée ici.

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de vous envoyer les 2 pages du livre. En 2 formats : PDF + jpeg.
    Peut-être qu'auprès de ses nouveaux amis, Victor a préféré rester discret sur son passé pendant la guerre.
    Peut-être que dans son livre, Moustaki a préféré rester discret sur le passé de son ami.
    Qui sait ?

    RépondreSupprimer
  5. Et peut-être les deux, puisque d'après Modiano et Marino Zermac les ragots à propos de Victor allaient déjà bon train à cette époque…
    Merci pour les fichiers, en tout cas : je vais essayer de mettre ça en ligne d'ici demain.

    Merci pour les liens, M'sieu Pop. J'étais tombé sur ces mêmes pages jeudi en effectuant une requête Gougueule sur le titre de la chanson et il semble en effet qu'il n'en reste plus de trace, à part la partition.
    Pourquoi d'ailleurs celle-ci aurait-elle été imprimée en 1974, soit vingt ans après l'interprétation ?? Je subodore là une faute de frappe de la part des amis de Gaston Leroux…

    RépondreSupprimer
  6. Snif snif... Mouais, c'est hélas fort plausible. Tout fout le camp, même les amis de Gaston Leroux ont des moments de faiblesse. Pfff.

    RépondreSupprimer
  7. Heureusement qu'on peut toujours se requinquer avec la chicorée homonyme !

    RépondreSupprimer